Actu

Le chemin de la récupération après une rupture des ligaments croisés

Grâce à l’évolution de la science et de la médecine, les techniques d’opération de genou et de hanche ne cessent de se développer. La rupture des ligaments croisés est une pathologie traumatique affectant souvent les articulations niveau du genou. Certes, ce sont souvent les personnes pratiquant un sport intensif qui en souffre. Mais les microtraumatismes peuvent être également à l’origine de la rupture des ligaments croisés.

A lire aussi : Comment trouver un studio d’électrostimulation ?

Les causes d’une rupture de ligaments croisés antérieurs 

Même si la chirurgie du genou est pratiquement devenue une routine pour les chirurgiens spécialisés en genou et hanche, ce type d’intervention n’est pas forcément systématique. Le ligament croisé antérieur fait partie des principaux ligaments internes du genou. Il a pour rôle d’assurer la stabilité du corps. Ce qui permet d’éviter la translation antérieure de la jambe sur des mouvements de rotation ou de flexion-extension. 

Le ligament croisé antérieur part de la partie postérieure du fémur avant de s’insérer sur la face axiale du condyle fémoral latéral et d’atteindre la partie antérieure du plateau tibial. Il se fixe sur l’os et le périoste à l’arrière du ménisque médial.

A lire en complément : Les nouveaux modes de déplacement en ville

Très fréquente, la rupture du ligament croisé antérieur peut survenir à : 

  • A un traumatisme violent
  • A une succession de microtraumatismes pouvant se développer progressivement au fil du temps

La pratique intensive du sport impliquant le genou en torsion fait également partie des facteurs de risque de la rupture du ligament croisé antérieur. À cela s’ajoutent les chocs répétés, la faiblesse musculaire, les mauvaises techniques sportives, etc.

Au moment de la rupture, la douleur et l’inflammation prédominent, accompagnées d’un bruit de craquement, d’un gonflement du genou et d’une douleur connue sous le nom de gonalgie. À cause de cette dernière, la personne n’est plus en mesure de porter son poids sur sa chambre. 

Au fil du temps, l’inflammation et la douleur peuvent s’estomper. Par contre, les signes fonctionnels deviennent de plus en plus marqués : instabilité du genou, dérobement des jambes, difficultés des mouvements, sensation d’inconfort lors des mouvements, etc. Si les symptômes ne sont pas pris en charge rapidement, la personne peut finir par souffrir d’arthrose avec une douleur et une ankylose articulaire. 

L’intervention des chirurgiens spécialisés en genou et hanche pour traiter la rupture de ligaments croisés

Bien que le traitement médical conservateur puisse soulager les personnes souffrant d’une rupture de ligaments croisés, le traitement chirurgical reste toutefois la meilleure solution pour retrouver rapidement un genou fonctionnel. N’hésitez pas à faire le bon choix pour effectuer une chirurgie de la hanche à Paris

En cas de rupture de ligaments croisés, le chirurgien spécialisé en genou et hanche va baser son choix thérapeutique sur deux principes selon lesquels un ligament entièrement rompu ne peut se cicatriser naturellement. Toutefois, le traitement chirurgical n’est pas forcément urgent. 

En s’appuyant sur ces deux éléments, le chirurgien spécialisé en genou et hanche va pouvoir analyser la symptomatologie, afin de trouver le bon traitement de la rupture du ligament croisé. Grâce à un examen clinique, le chirurgien pourra apprécier l’importance du ressaut avec le signe du tiroir et évaluer l’importance du ralentissement fonctionnel : 

  • Douleur
  • Inconfort
  • Instabilité du genou
  • Etc.

Si le gonflement du genou du patient est trop important, le chirurgien va procéder à l’I.R.M. (Imagerie par résonance magnétique) pour visualiser l’intérieur du genou.

D’autres facteurs sont également pris en compte à savoir l’âge et le degré de pratique sportive. S’il s’agit d’une rupture partielle chez une personne ne pratiquant que peu d’activités sportives, un traitement médical conservateur peut suffire pour la soulager. Après immobilisation du strapping, le patient fera l’objet de séances de kinésithérapie adaptées pour renforcer la stabilité de l’articulation géniculée.

Si malgré le traitement médical conservateur, le patient continue à souffrir, la chirurgie est inévitable

L’efficacité du traitement chirurgical suite à une rupture de ligaments croisés

La chirurgie du ligament croisé fait référence à la méthode de ligamentoplastie. Non seulement cette intervention offre d’excellents résultats, mais le patient peut récupérer complètement en trois à six mois. Dans la plupart des cas, l’intervention s’effectue sous arthroscopie et sous péridurale, sans recours systématique à l’anesthésie générale. Il s’agit de la solution idéale pour éviter les complications d’arthrose qui sont fréquentes sur une rupture des ligaments croisés insuffisamment soignée.

À noter qu’il est possible de prévenir la rupture de ligament croisé antérieur, notamment celle qui survient suite à un traumatisme lors de la pratique d’un certain sport. Ceci dit, le renforcement musculaire et l’échauffement avant l’effort physique constituent les moyens de prévention les plus efficaces. En procédant ainsi, le genou pourra se montrer plus résistant lors des sauts et des pivots. Ces solutions de prévention permettent également de réduire la probabilité de déchirure du ligament croisé antérieur